Délitements

2015-16
Tirages argentiques lustrés contrecollés sur dibond
Format 30x38 cm,60x75 cm et 100X120 cm

L’inachèvement comme forme, extrait du texte de Marion Delage de Luget
écrit à l'occasion de l'exposition Concentré une seconde de trop, Progress gallery, 2016


La photographie de Margaret Dearing, la peinture de Timothée Schelstraete sont affaire de détails, de ceux qui s’obtiennent par ponction d’une partie sur un plus vaste ensemble. De fait, les coupes sont franches. Comme dans ces all over de la série Délitement où les tirages argentiques prélèvent, à bords perdus, juste une fraction de motifs répétés – la structure en quinconce des bardeaux, l’enfilade de blocs de béton se prolongeant d’évidence au-delà de ce que l’image en rend.(...)

Une appréhension sourde, encore augmentée par l’omniprésence de traces d’érosion, de dégradation – l’oxydation ternissant systématiquement le rendu du métal sur les toiles, les photographies de dépôts, de surfaces marbrées de ruissellements douteux. Mieux, ce cliché du lacis d’une vitre brisée, à terre : en plus de l’espace, c’est ici le temps qui est envisagé de façon parcellaire. L’image est après-coup, l’évènement anonyme. L’effet, isolé, n’a pas de cause énoncée – ce qui, assurément, en renforce la violence. (...)

Afficher
text return
text_on